•  

    L'ostéopathe commence sa consultation par un interrogatoire du patient et un examen postural approfondi. Grâce à des tests palpatoires spécifiques, l'ostéopathe va ensuite chercher les zones du corps présentant des restrictions de mouvements susceptibles d'altérer l'état de santé. L'ensemble de ces tests permet de poser le Diagnostic Ostéopathique Spécifique (D.O.S.). 

    Les mains du praticien vont chercher, trouver et réharmoniser l'ensemble des structures perturbées dans leur mobilité. 

    Le geste ostéopathique est doux, indolore et fait appel à la mobilité propre de chaque tissu. L'ostéopathe choisit la technique la mieux adaptée et la plus confortable pour chaque patient, en fonction de son âge et de sa morphologie. Par exemple, un genou et un estomac peuvent perdre leur mobilité, mais étant formés de tissus très différents leur traitement fera appel à des gestes différents.

    Les interventions manuelles de l'ostéopathe vont stimuler les systèmes physiologiques du corps humain, en ayant la possibilité d'agir sur tous les tissus corporels :
    - articulaires : pied, cheville, genou, hanche, coude, épaule, maxillaire, crâne, colonne vertébrale...
    - viscéraux : foie, estomac, vessie, intestins...
    - vasculaires, respiratoires, nerveux, osseux, conjonctifs...

    Selon les cas à traiter, les temps de traitement seront différents. Pour une pathologie aiguë (séquelles d'entorse, par exemple), une à deux consultations peuvent suffire. Pour une pathologie chronique, le traitement pourra être plus long. Il est en effet erroné de penser que la sédation de la douleur signifie la guérison.

    Les techniques fonctionnelles :
    Elles se différencient des techniques structurelles par la participation totale de l'individu à son traitement.
    L'ostéopathe n'agit pas seul, il permet au patient, par des points d'appui sur son corps, et par l'intermédiaire des fascias, des muscles, de la respiration, d'aider à la correction ; Ces techniques permettent, par exemple, de réguler le transit intestinal.

    Les normalisations de type Sutherland :

    Elles sont très douces, les pressions n'excédant pas 5 à 20 g à la pulpe de chaque doigt. Les mouvements des mains de l'ostéopathe sont à peine perceptibles. Elles sont utilisées pour soigner des phases hyperaiguës, un torticolis par exemple.
    Elles libèrent des sutures crâniennes, par des manœuvres d'équilibration du rythme et de l'amplitude du mouvement crânien. Le résultat obtenu est un meilleur équilibre neuro-végétatif : augmentation du tonus général ou relaxation et détente, selon les cas.

    Les techniques fonctionnelles myotensives :
    Le patient est actif, il coopère au geste qui va le soulager. Ce sont des manœuvres de contraction-relâchement musculaire. Elles sont indiquées dans les phases aiguës de lumbago, d'inflammation locale. Cette méthode est indolore, active et s'adresse aussi bien aux vieillards qu'aux enfants.

    Les techniques « crânio-sacrées » :
    Le traitement crânio-sacré (occiput et sacrum) est une spécificité de l'ostéopathie. Il est très utilisé pour les nourrissons dès la naissance.
    L'ostéopathe, par son action manuelle, est capable de sentir des mouvements spécifiques au niveau du crâne. Ces mouvements sont rythmiques et tout l'art de sa palpation sera de déterminer la qualité et la quantité de leur amplitude. Ce mouvement alternatif est appelé Mouvement Respiratoire Primaire (M.R.P.).
     
    L'occiput et le sacrum possèdent un rythme : ces deux os forment un couple bio-dynamique appelé « mouvement crânio-sacré ».
    Cette particularité permet au praticien d'intégrer ce paramètre dans son Diagnostic Ostéopathique Spécifique (D.O.S.), afin de qualifier et quantifier son traitement manuel. Ceci explique que l'ostéopathe, lors de sa consultation, investigue autant le crâne que le sacrum. 

     

    Prise de rendez vous  http://www.bruno-laharrague.com/


    votre commentaire
  • La Posture de sommeil est primordiale pour notre santé, l'alignement de la colonne vertébrale est nécessaire durant notre sommeil, sinon il y a un risque de perte de mobilité partielle ou totale de certaines vertèbres, en particulier l'Atlas (1ere cervicale) et l'Axis (2e cervicale).

     

    Il n'y a pas d'obligation à dormir sur le dos, on peut  dormir sur le côté.
    La seule obligation c'est : pas sur le ventre !
    Nous pensons que chacun a sa façon personnelle de prendre une position de sommeil.
    En fait, on s'installe dans le sens de ses lésions, pour supprimer toutes les tensions et passer à l'endormissement.
    Si vous avez des cervicales et un thorax fixés en rotation postérieure à droite, vous allez vous installer dans une position en rotation du même côté pour "vous installer dans le sens de vos lésions".
    Pendant la phase de sommeil profond, toute la musculature est totalement relâchée et suivant la position adoptée, vous permettez aux lésions d'aller encore plus loin.
    Le lit est un "moule à défaut" et le matelas a pris l'empreinte de ces défauts, ou habitudes positionnelles de sommeil.

     

    Ainsi au fil des ans vous pouvez éprouver différents soucis : Douleurs de dos ou de la nuque, maux de tête, rhinites, toux sèche, dyspnée inspiratoire (faisant penser a de l'Asthme), fourmillements bras-jambes, troubles de la vue, perte de sommeil, angoisses, bourdonnements dans les oreilles; vertiges, perte d'équilibre; fatigue chronique, etc....

     

    Peu de gens ont conscience que la première cervicale (l'atlas) sur laquelle repose le crâne est très souvent dans une position incorrecte. Et ceci cela arrive pas seulement à l'occasion d'un accident ou d'une chute.

    Par conséquent le corps entier va se « voiler » et les pathologies peuvent se retrouver a distance : sacrum, hanche, genoux, viscères.

     

    Un traitement Ostéopathique va permettre en une, deux ou trois séances de libérer l'atlas et de rééquilibrer la globalité du corps.

     Exemples de répercutions   (voir site de Mr Jacques GESRET   asthme-reality.com)

    Je n'ai pas de bronchite mais je tousse et je suis gêné pour respirer; pourquoi ?
    C'est ce que Jacques GESRET appelle "le faux asthme". En fait c'est un spasme du pharynx causé par une mauvaise position de la première cervicale qui irrite une fibre nerveuse (glosso-pharyngien).
    La fibre n'est pas sensible sur son trajet et cette irritation est perçue par le cerveau comme un corps étranger dans la gorge. Les gens qui raclent la gorge sans arrêt ont ce type de problème. Les enfants qui toussotent en permanence également.

    J'ai des problèmes allergiques de type « rhume des foins » Pourquoi ?                  
    Nous allons plus particulièrement observer les étages vertébraux pouvant avoir une influence sur la régulation des sécrétions lacrymo-muco-nasales :
    - l'étage T3 (comprenant vertèbre et côtes) parce que les fibres sympathiques qui en sortent sont issues d'un centre médullaire appelé "centre cilio-spinal de Budges" et conduisent un influx nerveux augmentant les sécrétions broncho-pulmonaires et les sécrétions du nez et des yeux (en remontant par le stellaire, ganglion cervical moyen, supérieur, jusqu'au ganglion sphéno palatin)
    - l'Occiput/Atlas/axis, surtout la première cervicale car elle vient perturber l'influx parasympathique freinateur des sécrétions lacrymo-muco-nasales, issues du ganglion portant ce même nom.

    Donc, quand on a un déficit parasympathique du à une malposition de la première cervicale, les sécrétions nasales et lacrymales sont importantes, allant jusqu'à une réaction inflammatoire bouchant totalement le nez (souvent une seule narine, qui change de côté en position couchée quand on se tourne) ; parce que l'influx sympathique est normal (il ne peut pas être plus fort) et que l'influx parasympathique freinateur est totalement absent.
    La moindre poussière, le moindre pollen, va irriter les fosses nasales et provoquer une réaction sympathique faisant produire du mucus ou des larmes ; le parasympathique absent, ne peut donc pas freiner ces sécrétions.

    Pour les yeux sec et nez sec, nous avons le phénomène inverse : influx parasympathique normal et influx sympathique déficient.

    En absence de ces dérèglements cités, aucune réaction dite "allergique" ne se produira, même si le corps a développé une sensibilité chimique à un allergène quelconque. En absence de cible, pas de pathologie.

    Conclusion :                                                                                                                                  Il faut commencer par écouter son corps pour faire attention aux messages qu'il nous envoie en permanence. Quand on est bien assis, bien debout, bien couché, c'est l'absence de tensions désagréables qui renseigne sur la bonne position (bien entendu, à condition d'avoir été traité par un Ostéopathe DO).
    Ecouter son corps est le maître mot qui permet de le respecter.
    Commencez par l'aimer au lieu de l'ignorer, il est à votre service, mais il n'est pas votre esclave.

    Bibliographie:

    asthme-reality.com          Methode GESRET

    Prise de Rendez-vous sur: http://www.bruno-laharrague.com/


    22 commentaires

  • Le COPB (Cercle des Ostéopathes du Pays Basque) a été créé au printemps 2007, sous la forme d'une association régie par la loi de 1901, par trois ostéopathes : Céline Besnoit ,  Eric Delion et Bruno Laharrague.
    <o:p> </o:p>Nous avons créé cette association suite aux manifestations de l'hiver 2006-2007,qui précédèrent la publication des décrets sur l'ostéopathie ( mars 2007).
    A cette époque les projets de décrets nous semblaient contraire à l'intérêt de la profession et des patients . Nous avons alors décidé de regrouper les ostéopathes du Pays Basque,au delà de leurs appartenances syndicales , de manière à promouvoir au Pays basque,une ostéopathie de qualité conforme aux concepts d'Andrew Taylor Still,son fondateur.
    <o:p> </o:p>La publication des décrets sur l'ostéopathie en mars 2007,confirma nos inquiétudes,en particulier sur les points suivants :
    <o:p> </o:p>- La durée des études ramenée de 6 à 3 ans.
    - L'interdiction d'enseigner l'ostéopathie crânienne et viscérale par exemple(contraire au principe d'unité du corps).
    - L'interdiction de prodiguer des soins aux nourrissons de moins de six mois (au moment où cela est le plus nécessaire).
    - L'interdiction de techniques cervicales sans certificat médical.
    - L'interdiction des techniques gynécologiques.
    - L'interdiction de prodiguer des soins aux femmes pendant leur grossesse.
    L'ostéopathie est ramenée à une somme de techniques, ses concepts spécifiques oubliés,en particulier le principe de globalité.
    - La possibilité d'exercer l'ostéopathie de manière épisodique à côté d'une autre profession (ce qui ne garanti pas le savoir faire et la sécurité du patient).
    <o:p> </o:p>Le COPB ,qui rassemble déjà plus de 15 professionnels , s'est fixé comme objectifs :
    - de rassembler tous les ostéopathes du Pays Basque ,ayant obtenu le D.O (Diplôme en Ostéopathie) après un cursus complet (conformément aux indications de l'OMS et aux autres pays de la CEE) et qui exercent l'ostéopathie de manière exclusive.
    - de promouvoir une ostéopathie de qualité conformes aux principes établis par A.T.Still.
    <o:p> </o:p>Le COPB a mis en place pour les week-ends d'été ,un service de garde fonctionnant le samedi et le dimanche.
    <o:p> </o:p>Le COPB a comme projet l'ouverture durant 2008 d'un dispensaire , permettant un accès facilité aux soins ostéopathiques pour tous.
    <o:p> </o:p><o:p> </o:p><o:p> </o:p> Le bureau du COPB
    <o:p>  SITE:       </o:p>www.copb.typepad.fr
      E Mail:     copb64@gmail.com

    1 commentaire
  •  Les troubles fonctionnels les plus courants du nouveau-né sont les régurgitations, les colites et la constipation. Ils sont souvent sans gravité mais très inconfortables pour le bébé qui pleure beaucoup.Les mamans en savent quelque chose... Malgré les traitements médicaux qui soulagent les bébés, certaines douleurs sont tenaces et c'est là que l'ostéopathie peut participer au traitement.Comment agit l'ostéopathie ?Pour comprendre notre rôle, il faut revenir aux principes de base de l'ostéopathie et entrer un petit peu dans l'anatomie et la technique.Quand on parle d'ostéopathie, on pense trop souvent articulations et manipulations (le fameux "crack"). Cette vision est très réductrice. En fait, l'ostéopathie s'adresse à l'ensemble du corps, et pas seulement aux os.Il existe une structure très importante dans le corps qui s'appelle les fascias. Ce sont de grandes cloisons de tissus conjonctifs (un tissu très solide) qui entourent et relient les organes entre eux et à la charpente osseuse (la colonne vertébrale, le crâne et le bassin).C'est un grand système de cohésion interne mais aussi de communication. C'est à cause des fascias qu'une partie du corps peut communiquer avec une autre.C'est toujours grâce aux fascias que nos organes sont soutenus, arrimés, tout en flottant dans notre corps. Ils sont accrochés à nos os. C'est pour cela qu'un organe qui souffre peut créer une douleur vertébrale, mais l'inverse est aussi vrai ; un blocage articulaire peut perturber un organe par l'intermédiaire du fascia.Donc, en agissant sur ces fascias ou sur l'os qui le met en tension, on peut agir sur l'organe qui est au bout de la chaîne...Comment procède-t-on ?Chez un bébé, on va rechercher toutes les tensions, tous les blocages osseux, au niveau du crâne, du bassin ou de la colonne vertébrale, puisque l'on a vu qu'un blocage peut avoir une répercussion sur la fonction d'un organe, et on va donc libérer ces tensions en pratiquant des manipulations douces sans "cracking" (car c'est exclu chez un enfant).Prenons comme exemple un enfant qui a eu une naissance un peu difficile ou une mauvaise position dans le ventre de sa mère et qui présente une torsion au niveau du crâne.Cette torsion peut entraîner une tension sur l'¿sophage, qui se répercutera sur l'estomac et pourra ainsi favoriser des régurgitations. En détendant le crâne, on fait lâcher la traction sur l'estomac et on peut ainsi calmer des régurgitations...Est-ce qu'il y a aussi une action plus directe ?Oui. On va également poser nos mains directement sur le ventre du bébé pour dénouer les tensions que l'on sent sur l'organe ou sur le fascia qui l'entoure.Le fascia agit comme une courroie de transmission entre deux points et on va la détendre en posant une main sur chaque extrémité.Ces troubles sont donc mécaniques ?Non, pas seulement. Très souvent, ils sont dus à une immaturité du système digestif. Ils peuvent aussi être causés par des intolérances alimentaires et même par le stress, comme chez l'adulte. Mais il faut savoir qu'une tension mécanique va aggraver le symptôme ; on va potentialiser le traitement médical.Pourquoi cette sensibilité des fascias ?Il faut savoir que ces fascias sont en quelque sorte des rails sur lesquels circulent les nerfs et les vaisseaux qui alimentent ces organes.En libérant leurs tensions, on améliore la commande de l'organe, donc son fonctionnement. On réinstalle une bonne communication en rétablissant les circuits électriques.Et puis, en déroulant, en démêlant ces "noeuds", en mettant une main sous le crâne et une sous le bassin, on va détendre le bébé et donc agir sur le stress, qui est également un facteur aggravant de ces troubles digestifs.


    1 commentaire
  • Chers lecteurs et lectrices :



     



    En tant qu' Ostéopathe DO j'ai suivi une formation supplémentaire pour traiter des pathologies très spécifiques comme asthme, allergies, eczéma et psoriasis selon la méthode Gesret. Je vais dans cet article vous relater sa méthode et son histoire :



      

    Voici son histoire 
     
    Suite au décès de son fils Frank en 1974, le jour de ses dix ans, au cours d'une ultime crise d'asthme, Jacques R. GESRET a consacré tout son temps depuis à rechercher les causes de cette pathologie qui fait plus de 2500 victimes par an rien qu'en France.
    Pendant dix ans, il s'est attaché à apprendre l'anatomie, l'acupuncture traditionnelle chinoise et l'auriculothérapie. C'est en 1984 qu'il fit sa première découverte sur les mécanismes fondamentaux qui régissent les dérèglements du système immunitaire.
     
    En 1996, le fruit de ses efforts fut récompensé par la publication de son livre : Asthme, recherche fondamentale et nouvelles thérapeutiques des pathologies du système immunitaire,                        et en 1997 : Acupuncture et ostéopathie vérité neurophysiologique.
    Ses travaux de recherche ont été régulièrement déposés depuis 1985 et sont consultables aux Bibliothèques : de l'Académie Nationale de Médecine à Paris, National de Paris et de Bordeaux.
     
    L'asthme
    En aucun cas, la cause de l'asthme ne peut être une inflammation permanente des tissus pulmonaires comme tente de l'imposer la médecine.
    En effet, une inflammation est réponse défensive et non une cause en elle-même.
    L'asthme est une réaction normale de l'organisme en réponse à des informations anormale  supposées provenir du plexus pulmonaire (informations « fantômes »).
    Dans le cas de l'asthme, ces informations anormales sont produites par des subluxations articulaires de certaines côtes (K1, K2, K3) qui sont enfoncées dans 90% des cas du côté droit.
    Les asthmatiques présentent tous systématiquement ces anomalies costales, en plus d'un bassin déstabilisé par une jambe courte (vraie ou fausse).
     
    Mais ce que l'on qualifie d'asthme est-il  toujours de l'asthme ?
    Jacques GESRET a découvert qu'il existait deux formes de difficultés respiratoires : l'une qui comporte une difficulté expiratoire (asthme classique) et une autre comporte une difficulté inspiratoire (spasme du Pharynx, qualifié à tort «d'asthme» dans plus de 50% des cas).
    La difficulté inspiratoire concerne les sujets qui ressentent des irritations dans la gorge (paresthésies pharyngées), qui vont provoquer une petite toux réflexe (sèche), surtout nocturne (minuit, 2h du matin) et se poursuive par un violent spasme du pharynx qui freine brutalement l'air à l'inspiration.
    Ce problème est du à une irritation d'un nerf (glossopharyngiens) provoquer par une mauvaise position de l'atlas (1ere cervicale).
    La difficulté expiratoire est la forme d'asthme « vrai ». Les symptômes en en sont bien connus, la poitrine reste bloquée et dilatée, le sujet inspire rapidement à l'aide de son diaphragme, souffle longuement, avec difficulté, par la bouche, lèvres serrées ; avec des bruits de sifflements provenant de ses bronches obstruées.
     
    Les moyens d'intervention
    Jacques GESRET a mis au point un protocole thérapeutique qui permet de faire disparaître tous les symptômes (+90% des cas) en 3à 4 séances d'une heure de thérapie manuelle très douce.
    Chez l'enfant, les résultats sont immédiats (capacité vitale retrouvée dès la première séance) et chez l'adulte les difficultés sont surtout liées à l'age du sujet (arthrose) et à l'ancienneté de la maladie. Malgré tout même dans les cas très difficiles une meilleure qualité de vie est redonnée au sujet.
     
    Les allergies :
    Jacques GESRET a démontré la relation qui existe entre le dérèglement mécanique du premier étage thoracique, son influence sur un ganglion nerveux (stellaire, soupçonné depuis longtemps par de nombreux praticiens) et le dérèglement des réponses du système immunitaire, dans un livre publié en 1996*. La normalisation de cet étage supprime les informations erronées perçues par le ganglion stellaire et les réponses immunitaires se normalisent en quelques semaines (vérifié depuis 1985 !)
     
    Les pathologies cutanées : le système de base est identique : des informations émises par des compressions articulaires sur des fibres nerveuses, perçues à tort, par le système central provenant des zones cutanées où elles aboutissent. La réaction de défense de l'organisme se fera sur les zones cutanées supposées agressées.
    Ce qui va faire toute la différence un eczéma et un psoriasis, en dehors d'une combinaison commune, bassin, 1er et 9ème  étage thoracique déréglé, c'est le côté droit ou le gauche de la jambe courte ! En effet, si la jambe courte (vraie ou fausse) est à droite du bassin sera abaissé à la droite, la 9ème dorsale perturbera les fibres nerveuses du foie et la première côte sera postériorisée à droite.
    Si la jambe courte se trouve à gauche, cet ensemble sera à l'inverse et la 9ème dorsale pertubera les fibres nerveuses du pancréas.
     
    Les moyens d'intervention
    Ils sont identiques à ceux de l'asthme. L'eczéma se résorbe plus rapidement que psoriasis, environ trois semaines.
    Le psoriasis, suivant son importance, demande un premier cycle de trois séances à une semaine d'intervalle et si nécessaire, une ou deux séances supplémentaires espacées d'un ou deux mois.
     
    La méthode.
     
    Mise au point par Jacques GESRET, c'est une méthode thérapeutique manuelle qui peut être pratiquée par des praticiens déjà rodés aux pratiques de thérapies ostéo-articulaire (indispensable)
    Comme un Ostéopathe DO.
     
    Les techniques sont très douces puisqu'elles permettent de traiter un eczéma chez un nourrisson de quelques semaines. L'acquisition de ces pratiques est obligatoire pour obtenir des résultats effectifs et durables (12 ans de recul) sur les pathologies citées.


    13 commentaires